Rechercher

Pour pouvoir continuer à travailler de la maison, son téléphone est sur la terrasse sous une bassine

Le 29 janvier, Olivier Micheau, en télétravail à Aubigny, s’est retrouvé sans réseau suite à une panne. Une semaine de galère a suivi. Récit.


Par Vianney Masse de la Nouvelle République


Le télétravail prend de plus en plus de place dans nos vies. Mais sans Internet ni réseau, il est compliqué de tenir son poste. C’est la mésaventure qu’a vécue Olivier Micheau, 50 ans, chef de projet informatique pour Groupama. « Le 29 janvier, Internet a été coupé. Je ne capte pas la 4G. Je me suis donc retrouvé sans rien. J’ai appelé mon opérateur Sosh qui est venu le lundi 1er février pour constater et réparer », raconte le quinquagénaire. Pourtant, la semaine ne fait que commencer. « L’assistance m’a expliqué que problème serait venu d’un nouvel abonné qui, en se connectant aurait déconnecté l’ensemble du voisinage », souffle Olivier Micheau. Une semaine de débrouille Le temps de recontacter le prestataire qui a effectué la mission et réparer la panne, la semaine se termine, toujours sans réseau. Contacté, Orange, maison mère de Sosh, explique : « La panne fait suite aux intempéries qui ont touché la région. De l’eau s’est infiltrée. La réparation a pris cinq jours, c’est le délai habituel dans de telles circonstances ». Deux versions dissonantes. En attendant, Sosh lui donne une clé contenant 200 Go de data. Un comble quand on vit dans une zone blanche. Pour autant, Olivier continue de travailler de chez lui. Alors il a dû s’adapter. « Sur une marche de mes escaliers, par moments, j’ai une barre. Ou alors dehors dans mon jardin, ça m’arrive de capter. J’ai fait comme je pouvais, mais ce fut très compliqué. Une bonne partie de mon travail sont des réunions. » Si sa direction a été compréhensive, c’est tout le voisinage qui a aussi subi cette coupure. « Pour l’un de mes voisins, son opérateur lui a expliqué que ça venait de la box. Il l’a changée pour rien », se désole Olivier Micheau. Un geste « pas à la hauteur » Une fois la ligne rétablie, le 5 février, celui qui est arrivé à Aubigny en 1995 s’attend à un geste. « On lui a proposé une réduction sur son prochain prélèvement au prorata du temps de la panne et selon son contrat », commente le service communication d’Orange. Pas au goût de l’intéressé qui, suite à ce problème voulait plutôt changer le forfait de sa femme, passant de 9 à 12 € par mois avec de la data supplémentaire et profiter ainsi de l’offre nouveau client de la firme. Suggestion refusée par l’opérateur de téléphonie. L’offre ne rentrant pas dans les termes de son contrat. « Après deux heures d’échanges par messages, ils m’ont dit qu’ils me recontacteraient. J’attends encore leur appel », raconte, désabusé, Olivier Micheau. Un appel qui ne vient pas. « Le dossier est clôturé, Orange a pris en compte le client et n’a pas failli », rétorque le service communication. Pour l’heure, aucun terrain d’entente n’est trouvé. « Changer d’opérateur, j’y pense. Mais le problème de la zone blanche restera le même », témoigne l’habitant. Orange et Deux-Sèvres numérique ont signé pour le déploiement de la fibre sur tout le département d’ici fin 2025.

5 vues0 commentaire